11 au 18 juin 2017 : le Tour du Haut-Buech


Une bande de “joyeux mais fous” randonneurs partent en pleine semaine caniculaire faire le tour du Haut-Buech situé dans le Parc des Baronnies Provençales, au sud des Hautes-Alpes !
Sept jours de randonnées magnifiques mais fatigantes compte tenu de l’addition des dénivelés associés à des températures autour de 30° à 35° tous les jours sur des chemins blancs renvoyant “parfaitement bien” la chaleur !


Dimanche 11 juin : retrouvailles tôt le matin chez Daniel autour d’un café puis embarquement dans les voitures direction l’Observatoire astronomique de Moydans où nous passons notre première nuit ! le voyage se passe très bien et nous nous retrouvons ensemble sur une aire d’autoroute pour la pause de midi ! Puis nous voici tous au rendez-vous fixé, soit vers 17h30/18h, à l’Observatoire, dans un cadre féerique ! Vieille ferme bien restaurée , panorama magnifique et belle piscine que quelques-uns vont rapidement investir ! Après le repas commence notre nuit magique sous les étoiles : séances d’observation, d’abord sur la terrasse pour attendre la nuit, puis  sous le dôme : Jupiter et ses lignes, les anneaux de Saturne, les cratères sur la lune…! Certains comme moi découvrent que notre étoile du berger n’est pas une étoile comme son nom l’indique si mal MAIS… une planète ! Nous nous régalons, même si la fatigue, après la route et la chaleur, s’installe petit à petit chez tout le monde ! Coucher vers 1h30 du matin !

Lundi 12 juin : Serres – Pra-Boyer :
Petit déjeuner tardif à 9h, nous avons plus envie de traîner dans ce lieu magique que de marcher sous le cagnard  ! Nous quittons tardivement Moydans en voiture, direction Serres, départ de notre randonnée itinérante ! Dépôt des voitures sur le parking derrière notre hôtel de retour, derniers ajustements (courses, passages aux toilettes, tartinage crème solaire, etc…) et à 10H30, nous voici enfin tous prêts, sac au dos, pour le départ, en plein cagnard ! Il fait déjà très CHAUD ! La journée restera toutefois difficile du fait de la très grosse chaleur ! Nous arriverons vers 19h15 après environ une heure de descente ! Cadre très sympathique, Claire nous accueille avec son sourire et étanche notre soif avec eau fraîche, jus de sureau, bière… très bon repas. Notre installation sera légèrement perturbée par une alarme intempestive mal placée (!) qui, allez savoir pourquoi, nous taquinera 3 fois !
carte du circuit / 18.8 km / profil / +1127 m  -808 m / trace GPX

Mardi 13 juin : Pra-Boyer – Rosans :
La journée doit être plus tranquille… nous sommes contents mais… légèrement méfiants ! Après une photo de famille devant le gîte, nous commençons la journée par une bonne descente vers le bourg de Montmorin : bourg agréable possédant un joli cadran solaire à la maxime très juste  « On peut oublier le passé mais on n’évite pas l’avenir » ! Puis c’est une longue montée vers le Col de Plume et enfin le Col des Pins (1325m) où nous nous regroupons en cherchant l’ombre sous un arbre pour le pique-nique : étroite et pas très confortable mais un panorama magnifique ! Du coup la pause est courte et s’en suit la redescente assez technique et en plein cagnard ! Pause bien sympathique sous un noyer avant une longue descente sur un terrain carrossable jusqu’à Rosans… Installation au café du Nord pour recharger les batteries où Christian a enfin….. Un coca ! Il nous reste encore 1,5 km de route pour notre gîte l’Ensoleillé, nous en avons un peu ras l’bol…! Contents d’arriver à 19h, accueillis par M. Pacaud. Le plat de lasagnes, excellent, réconforte tout le monde ! Le matin c’est Mme Pacaud qui nous sert. Tous deux nous parlent beaucoup de leur région et de leurs visiteurs avec des spécialistes de la géologie pour les marnes que nous aurons occasion de voir à la jumelle les jours suivants, des papillons d’une très grande variété, de la flore : des arbres bonzaï poussent ici naturellement !
carte du circuit / 20 km / profil / +702 m   -1030 m / trace GPX

Mercredi 14 juin : Rosans – La Chèvre Verte :
De l’avis de tous l’étape devrait être courte et tranquille : journée de transition ! Cela se confirmera et sera apprécié par tous ! Repassant par Rosans nous en profitons pour visiter la cité, légers, Mathilde, de l’Office du Tourisme, nous gardant nos sacs à dos et nous confiant la clé de la Tour ! Village pittoresque, très belle vue du sommet de la Tour où l’on est censé voir notre destination finale du jour : La Chèvre Verte ! Objectif de la journée : descendre dans la vallée pour remonter en face ! Petit arrêt à Montferrand-la-Fare où l’on peut voir un lavoir original. Tout d’un coup les cloches sonnent, devinez qui n’a pu résister à tirer sur les cordes devant la porte de l’église ? Nous pique-niquons un peu plus loin, au bord de la rivière. Arrivée un peu raide, le paradis de la Chèvre Verte se mérite ! Gîte disposé autour d’une pelouse verte, avec chambres et préau décorés de leurs photos de voyage qui font rêver ! Beata teste une douche… « bouillante » et du coup Jef se transforme en « réparateur-plombier » en vain ! Apéro avec 2 bouteilles de Clairette de Die puis Mme Kissler et sa petite fille nous servent un repas très bien cuisiné : la tajine comme la charlotte aux fruits ! Nous dînons dans la salle à manger d’été qui nous invite à voyager dans le désert. Une halte magnifique mais que d’énigmes : la vie de nos hôtes (lui, artiste sculpteur mais un peu ours), le nom de ce coin de paradis «  la chèvre verte » … Nous nous préparons moralement pour une journée difficile demain, Daniel parle de taxi…. Danielle choisira de relier directement Les Begües en taxi pour économiser ses pieds en vue des 3 derniers jours, les autres utiliseront le taxi pour les 5 derniers km de route entre le village de Laborel et Les Begües. Avant de nous coucher, nous préparons déjà une partie du petit déjeuner prévu matinal !
carte du circuit / 11 km / profil / +397 m   -269 m / trace GPX

Jeudi 15 juin : La Chèvre Verte – Les Begües
Grosse journée chaude et longue en perspective… selon le bon adage « kilomètres du matin, kilomètres sereins » nous partons vers 7h30 comme prévu la veille au soir ! Première halte au Pas de Corbière dont on repart rapidement, chassés par les moustiques. Nous nous engageons sur la route des crêtes et ptons pour le chemin médian de La Traverse, évitant ainsi une descente trop raide. Ce chemin n’en finit pas jusqu’au col de Perty. Certaines sont prêtes à faire du stop mais malheureusement pas une voiture en vue sur cette route ! Nous reprenons donc tous le petit chemin ombragé qui rejoint Laborel à travers les bois. À Laborel pas d’épicerie, mais un petit bar très dynamique qui survit encore par miracle. Nous y attendons avec plaisir, autour d’un pot très convivial, le taxi commandé par Daniel pour les 5 derniers km de route nous séparant de notre hôtel Le Céans aux Bégües ! Malheureusement Danièle n’a trouvé ni épicerie, ni pharmacie pour ses pieds mais les a reposés ! Hébergement de luxe : confort des chambres, piscine, très bon repas : difficile de choisir entre une bonne soupe de brocolis et des tartines chaudes bien appétissantes ! Du coup certains partagent pour goûter les deux !
ccarte du circuit / 21.1 km / profil / +994 m  -1009 m / trace GPX

Vendredi 16 juin : Les Begües – Orpierre :
Ce matin, Jef prend le relais avec sa carte et nous propose un plan B moins gourmand en kilomètres que le tracé initial ! Montée tranquille au Col du Lavavour et au Col Colombe avant d’aborder le long cheminement sur les crêtes ! Celui-ci, magnifique, se révèlera toutefois technique et parfois vertigineux ! À son extrémité le groupe s’effondre pour pique-niquer dans un chemin ombragé, juste avant le col ! Après le repas, nous entamons une descente rapide ! Premier beau panorama à 360° au col Saint-Ange puis la descente rapide continue jusqu’au col de la Garde. Nous faisons l’aller-retour jusqu’au sommet de La Garde où nous bénéficions d’un second beau panorama à 360° ! Puis c’est la descente jusqu’à Orpierre, village situé dans un écrin de verdure et site d’escalade de renommée internationale ! Nous y croisons d’ailleurs allemands, hollandais, anglais, japonais,… Une petite surface, bien appréciée, nous permet de faire le plein de courses puis passage à l’office de tourisme où nous récupérons un circuit commenté du village ! Notre hébergeur, Pierre-Yves Bochaton, figure locale : professeur d’escalade, propriétaire d’un magasin de matériel d’escalade, de 4 gîtes (les Drailles), est aussi, à ses heures perdues, un remarquable cuisinier (nous aurons d’excellents tourtons en salade en entrée) ! Nous visitons le village avant le repas et après le repas, histoire de digérer ! ! Ce sera probablement la  plus belle randonnée de la semaine !
carte du circuit / 16.1 km / profil / + 874 m  -969 m / trace GPX

Samedi 17 juin : Orpierre – Pied-de-Garde
La journée devait être « tranquille » mais c’est sans compter sur les imprévus « coutumiers  » !!! Montée raide dès le départ, heureusement ombragée, jusqu’au « Doigt » qui porte le joli nom de Quiquillon, et avec une superbe vue sur Orpierre dans son écrin de falaises et ses toits en tuiles, illuminés par le soleil du matin. Il fait chaud, nous multiplions les arrêts jusqu’à la Table des bergers, endroit idéal pour pique-niquer avec vue sur la vallée, les falaises et les marnes bleues ! Seul bémol : les moustiques ! Il ne nous reste plus que la descente… nous devrions être contents mais…..celle-ci nous réserve des surprises !! C’est une descente très raide dans des éboulis puis des roubines, pentes ravinées formées de marne noire, roche sédimentaire très pauvre ! La descente n’en finit pas et l’étape fut finalement fatigante… nous sommes tous contents d’arriver au gîte du Pied de Garde où un jeune couple sympathique, Eric et Sylvie nous accueille ! Nous nous répartissons dans 2 chambres dortoirs : la chambre 5 où nous sommes 5 et la chambre 9 où ils sont 6 et où la nuit a été plus difficile apparemment ! Tout d’un coup, nous avons la surprise de voir débarquer toute une famille élargie en vieilles mobylettes, solex, scooters…., les enfants arrivant, eux, en voiture ! Spectacle plutôt amusant !
Après un dîner bon mais plus que copieux nous allons essayer de dormir !
carte du circuit / 10 km / profil / +769 m  -815 m / trace GPX

Dimanche 18 juin : Pied-de-Garde – Serres
Controverse sur la durée et la facilité du circuit mais ce qui est sûr : nous sommes censés arriver pour 17h à Serres où la visite guidée du village est prévue ! Ce sera finalement une rando +++ !
Une très belle crête, la crête d’Aumage, mais très technique…. Une descente prévue pour des bouquetins que…. nous ne sommes pas ! C’est la Totale pour la finale !! Nous pique-niquons juste en-dessous du sommet Le Rocher de Beaumont (1545 m) près du relais télécom autour duquel nous aurons randonné toute la semaine. Quelques éclairs et coups de tonnerre isolés nous en chasseront avant la fin de notre repas… ! Ceci dit, la suite nous donnera raison car nous mettrons énormément de temps pour la descente :  très raide et très technique, nous avançons lentement et prudemment et nous comprenons mieux pourquoi, cette fois-ci, le topo-guide ne parlait pas de dévaler la pente ! Enfin arrivés à Serres, juste le temps de prendre un rafraichissement et une douche avant de rejoindre notre guide pour la visite décalée heureusement à 18h ! Celle-ci se révélera intéressante mais difficile pour nos jambes…. Tout est bon pour se poser : trottoir, marche, rebord de parterre, etc…. !! Ville castrum, le guide s’attache à nous montrer les quelques traces des différents passés tout en attirant notre attention sur ce qui est du « faux-passé » !
Repas bon et sympathique, au final bien arrosé ! Puis c’est « dodo » en prévision de la route qui nous attend pour le lendemain ! Malheureusement pour ceux qui ont tiré la chambre côté rue la nuit sera un peu agitée !
carte du circuit / 15.1 km / profil / +1071 m   -1088 m / trace GPX

Nous terminons ces jours de marche tous entiers, fatigués, heureux… mais déconnectés après avoir fait 130 km de marche à pied et un dénivelé cumulé de 5800m ! Et, c’est après un bon petit déjeuner ensemble que nous reprenons la route pour Nancy avec un dernier regroupement sur une aire d’autoroute ! Nous fixons, avec difficulté, une date pour notre “soirée retour”… ce sera le samedi 22 octobre ! Et… nous commençons déjà à imaginer le lieu du cru 2018 pour ce formidable moment de rencontre et de convivialité en harmonie avec la nature, loin de la civilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.