13 septembre : Saint-Hippolyte – Haut-Koenigsbourg


Ce matin nous partons vers un joli petit village d’Alsace, Saint-Hippolyte, célèbre pour ses vins !

18,4km / +771m /carte et profil / trace GPX

La météo s’annonce un peu maussade mais nous sommes quinze à être confiants ! Nous nous retrouvons tous sur le parking à l’entrée de Saint-Hippolyte et démarrons la rando par une traversée du vignoble montant vers la table d’orientation de Langenberg.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


Puis nous continuons notre montée à travers bois en passant devant une borne Lorraine indiquant que jusqu’en 1766 le village de saint-Hippolyte était lorrain…


puis ce sont d’anciennes bornes départementales portant encore le nom de Bas-Rhin et Haut-Rhin !

Notre chemin forestier nous emmène jusqu’à la fontaine du chevreuil où un très mince filet d’eau coule…. !

la fontaine lors de notre reconnaissance !

Après une petite grimpette, une longue descente nous amène à l’abri Pain d’Epices, où nous faisons notre « pause-banane » habituelle ! Très joli endroit mais dans une cuvette… une montée d’environ 300m nous attendons nous poursuivrons donc notre chemin afin de faire la pause repas en haut !

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


13h… nous débouchons devant le château du Haut-Koenigsbourg que nous contournons pour nous rendre aux ruines de l’Oedenbourg, encore appelé le Petit-Koenigsbourg, pour manger !

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


L’orage menaçant… nous repartons sans trop traîner pour la descente vers Saint-Hippolyte et nos voitures…. Peu après le col de Schaentzel, une pluie violente d’orage nous surprend à…. 2 km de l’arrivée ! Nous finissons notre randonnée, sous la pluie, en passant par la Roche aux fées, roche sacrificielle celtique, la Tombe de l’ermite et ses restes de chapelle et le Vallon aux moulins : ceux-ci fabriquaient de l’huile de noix jusqu’à ce que, dans les années 1880, une vague de froid décime les noyers ! Nous terminons comme nous avons commencé, par les vignes où nous apprécions quelques grains de raisin oubliés par les vendangeurs !

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.