Une expérience inoubliable !

Nous voici de nouveau dakarois depuis 2 semaines pour la dernière ligne droite ! J’ai retrouvé avec émotion mes gamins du Refuge à qui j’avais apporté quelques chocolats qu’ils ont particulièrement appréciés…
Ecoute mobile avec Bafodé, une expérience unique !Mercredi 16 janvier, 17 heures 30 à Dakar… je m’apprête à vivre l’expérience la plus marquante certainement de mon bénévolat. Je pars, en effet, en « équipe mobile » appelé encore « écoute mobile »

avec Bafodé Dramé, responsable de ces équipes à Village-Pilote et Cheikh Diallo, responsable du Tremplin (centre d’accueil et de formation des 16-25 ans sortis de la rue).
L’objectif de ces équipes est d’aller à la rencontre de ces jeunes vivant dans la rue pour essayer de les aider à en sortir. Cela nécessite de nombreuses rencontres, beaucoup de dialogue et d’écoute, de compréhension, de patience… Pour optimiser les chances de réussite d’intégration dans les centres d’accueil de ces jeunes il est nécessaire qu’ils sachent exactement ce qui les y attend et qu’ils soient véritablement motivés pour nous suivre. C’est donc sur leur demande et après avoir fixé un rendez-vous qu’ils monteront avec nous dans la voiture direction la structure du Refuge, de l’Oasis ou du Tremplin selon leur âge. A peine partis du Refuge, surprise nous nous arrêtons à Bountou Pikine. En fait Bafodé et Cheikh viennent de reconnaître un ancien jeune passé au Tremplin… la conversation s’engage pour savoir ce qu’il devient. Il est en compagnie de sa mère. Bien qu’ayant été sorti du Tremplin pour des problèmes d’intégration, les animateurs découvrent qu’il n’est pas retourné dans la rue puisqu’il est actuellement apprenti-maçon et vit avec sa mère ! Son bref passage au Tremplin n’aura peut-être pas été complètement inutile ?
Puis nous nous dirigeons vers « Patte d’Oie », un quartier à la circulation très dense, très « fouillis »… Arrivés derrière le stade, le groupe de jeunes recherché par Bafodé et Cheikh a été chassé par la police… nous nous renseignons pour savoir où il est parti se réfugier et là c’est le moment le plus difficile de la soirée ! Nous retrouvons nos jeunes dans un « trou de décharge » : ils ont planté leurs semblants de baraques dans le fond de la décharge parmi des bouteilles et des sacs plastiques, des débris de pneus, des ordures de toutes sortes, au milieu de fumées toxiques à l’odeur prenante et une nuée de petits moustiques…. ! Autour de moi j’ai des jeunes relativement grands mais aussi des ados de 12 ans voire peut-être moins ! Un jeune nous montre sa jambe blessée mais au moment de le soigner il refuse et s’en va… Un autre a du mal à tenir debout et à s’exprimer, il est complètement shooté… Je me sens mal à l’aise ! Cheikh donne un médicament à un jeune, Bafodé note les renseignements les concernant, puis nous repartons ! Nous sillonnons d’autres quartiers de Dakar où les animateurs retrouvent les groupes de jeunes qu’ils ont repérés et auxquels ils ont donné rendez-vous pour certains… Nous avons pris avec nous un jeune ado pour l’Oasis et trois plus petits pour le Refuge. A Soumbédioune, Bafodé soigne la jambe d’un jeune sur sa demande. Après quelques autres étapes, nous terminons notre dernier point de rencontre sur la Place de l’Indépendance où une nuée de jeunes se regroupent autour du véhicule qu’ils connaissent bien. Ils sont énervés et veulent tous monter pour partir avec nous. Un , particulièrement remonté n’arrête pas de dire : « moi, depuis le premier jour je veux partir, moi, depuis le premier jour je veux partir… ! » Il est très excité et semble bien décidé à venir avec nous ! Cheikh lui fait remarquer qu’il n’a pas ses affaires avec lui et passe un contrat : la semaine prochaine tu viens, même endroit, même heure, avec toutes tes affaires et nous te prendrons avec nous. Rendez-vous lui est donc donné pour dans huit jours ! Un peu déçu il accepte toutefois le contrat. C’est, pour les animateurs, un moyen de vérifier sa motivation.
Voilà, c’est la fin de la tournée, les animateurs vont retourner, après m’avoir déposée chez moi, à Pikine au Refuge où les jeunes passeront la nuit. Demain un des jeunes prendra la direction du Village Pilote du Lac Rose où il intégrera la nouvelle structure : l’Oasis (centre d’accueil et de formation mise en place pour les 12-15 ans).
Ce qui m’a le plus marqué dans cette expérience exceptionnelle et que j’avais déjà ressenti lors d’une équipe mobile de jour c’est la façon dont beaucoup de ses jeunes « acceptent » leur situation inacceptable pour nous… Je n’ai pas vu de « révolte » dans leurs yeux alors qu’ils seraient en droit d’en avoir…
Ce qui m’a aussi frappé c’est le niveau de confiance que ces deux animateurs ont réussi à instaurer entre eux et ces jeunes : leur voiture est connue, eux aussi et dès leur arrivée les jeunes se montrent, se confient… le groupe grossit au fur et à mesure des jeunes sortant de leur planque pour venir à notre rencontre… On sent que c’est presque un événement « attendu » et « espéré » par ces jeunes ! C’est avec satisfaction que je retrouve au Refuge ces jeunes, frais lavés, dans des habits propres et en train de jouer… !
Malgré sa difficulté, je suis contente d’avoir pu faire cette expérience avant mon retour définitif en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *