Saint-Louis-du-sénégal


Située aux confins de l’Océan, du Sahara et de la brousse, Saint-Louis fut toujours la meilleure introduction à la découverte de l’Afrique. Etape célèbre d’abord des navires européens de la Traite, puis de l’Aéropostale de Mermoz, la ville conserve d’importants témoignages de son passé…

Quelques dates clés :

  • 1659 : fondation par Louis Caullier, sur une île occupant une position importante près de l’embouchure du fleuve Sénégal, par des marins de Dieppe, (grand port de pêche français) faisant la traite. Elle fut baptisée ainsi en l’honneur du roi de France, Saint-Louis.
  • 1664 : installation de la Compagnie des Indes occidentales. La Compagnie réalisa des bénéfices considérables, assurant ainsi le développement et la prospérité de la cité, et notamment des métisses les Signares. Très vite, Saint-louis devient un carrefour économique important.
  • 1758 : Saint-louis, dans la guerre de sept ans (1756~1763) qui oppose la France à l’Angleterre, Saint-Louis est occupée par les Anglais. Cette occupation durera 21 ans (1758~1779) !
  • 1809 : 13 juillet : Saint-louis capitule devant les anglais ! Cette nouvelle occupation (la 3ème !) durera jusqu’en 1816 !
  • 13 septembre 1827 : le fort devient hôtel du Gouvernement.
  • 1827-1828 : le baron Roger fit édifier la Cathédrale, plus ancienne église de l’Afrique de l’ouest.
  • 1840 : le premier conseil général est créé. Jusqu’alors carrefour économique, Saint-louis devient capitale de la colonie française et de l’Afrique Occidentale Française jusqu’en 1902, puis capitale du Sénégal et de la Mauritanie.
  • 1847 : construction de la Grande Mosquée.
  • 1854 : Louis Faidherbe, officier du génie sorti de Polytechnique, devient gouverneur de la colonie.
  • 1856 : construction du pont Servitius (actuel Malick Gaye) et du pont de la Geôle qui donnent accès aux quartiers de Guet-Ndar et de Ndar-Toute ainsi qu’a l’océan.
  • 1865 : construction du pont de bateaux ou pont de Sor qui relie le quartier continental de Sor à l’île. Grâce à ces installations, la cité ne cesse dès lors de s’élargir en dehors de l’île.
  • 1873~1874 : séjour de Pierre Loti à Saint-Louis et rédaction de son livre « Roman d’un Spahi ».
  • 1881 : épidémie de fièvre jaune à Saint-Louis.
  • 1885 : inauguration de la voie ferrée Dakar – Saint-Louis qui marque l’apogée commerciale de la ville. Elle restera un comptoir de commerce français important jusqu’en 1957.
  • 1895 : Saint-Louis est la capitale de l’Afrique Occidentale Française ce qui représente quatre territoires : le Sénégal, le Soudan (Mali), la Guinée et la Côte d’Ivoire.
  • 1897 : inauguration du pont Faidherbe, pont tournant métallique, remplaçant le pont flottant.
  • 1902 : soit sept années plus tard, Saint-Louis perd sa fonction de capitale de l’Afrique Occidentale Française.
  • 1914 : pour la première fois un noir siège à l’Assemblée Nationale en France (le Palais-Bourbon).
  • 1930 : début de l’Aéropostale avec la première liaison Saint-Louis ~ Nadal (Brésil) par Jean Mermoz effectuée le 12 mai en une vingtaine d’heures : il transportait 130 kg de ccourrier !
  • 1936 : le 7 décembre, Mermoz décolle de Dakar, à bord de « La croix du Sud ». Quelques heures plus tard on reçoit un message de panne de moteur…. On ne retrouva jamais rien de « La croix du Sud » qui disparaît avec Jean Mermoz et son co-équipier.
  • 1958 : le 25 novembre, proclamation de la République Sénégalaise, membre de la communauté française. le titre de capitale du Sénégal lui est ravi par Dakar ! Son hydravion se posait sur ce qu’on appelle aujourd’hui « l’Hydrobase ».
  • 1960 : 28 septembre, le Sénégal est admis aux Nations Unies.
  • 1975 : construction de son Université.
  • 1992 : création du premier Festival de Jazz international de Saint-Louis.
  • 2000 : classement de l’île de Saint-Louis au patrimoine mondial de l’Unesco, mais de grosses rénovations seraient nécessaires !

Visiter Saint-Louis c’est :

visiter son île : celle-ci correspondant au quartier historique conserve de très nombreuses maisons, typiques de l’époque coloniale, avec leur façade de chaux, leur double toiture en tuile, leur balcon en bois et leur balustrade en fer forgé. Depuis l’inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco, la ville s’est lancé dans un programme de rénovation. On peut ainsi admirer quelques très belles maisons coloniales, souvent des maisons de « signare » (jeunes femmes métisses issues du mariage de portugais avec des femmes wolofs ou peules de la Petite Côte du Sénégal)


celle de Pierre Loti


ou encore encore « La maison Rose » rénovée et ouverte depuis 2003 en chambres d’hôtes !


découvrir Guet N’Dar, le premier quartier de pêcheurs où vivent environ 25 000 personnes sur une étroite bande de sable ! c’est aujourd’hui l’activité économique la plus importante de la ville.


découvrir la Langue de Barbarie, étroite bande de sable qui sépare le fleuve Sénégal de l’océan sur environ 25 km et où se situent plusieurs hôtels, l’Hydrobase d’où partit Jean Mermoz et la réserve du Parc de la Langue de Barbarie…


Mais Saint-Louis est aussi la ville culturelle par excellence du Sénégal avec de nombreuses manifestations importantes dont certaines ont une renommée internationale :

le Festival international de jazz : créé en 1992, c’est le plus grand festival de Jazz du continent africain, des artistes de renommée internationale, 100 concerts, plus de 500 musiciens, etc…

le défilé des Fanals : Cette fête typiquement Saint-Louisienne, se déroule durant la dernière semaine de décembre. Les habitants, défilent la nuit, au son des tam-tam, en portant des lampions qu’ils ont confectionnés et qui ressemblent à ceux que les esclaves du XVIIe siècle portaient pour éclairer les Signares jusqu’à la messe de minuit. On peut admirer de véritables ouvrages charpentés, représentant des bâtisses de la ville de Saint-Louis pouvant atteindre 5 m de haut, recouvert de papiers peints aux couleurs vives.

Sans oublier : le festival du Rire, du Sahel, le festival international du livre, Louma ou les rencontres internationales du documentaire africain, les Régates de pirogues…

 C’est donc une étape à ne pas manquer lors d’un voyage au Sénégal.

 

 


 
 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *