Le parc du Niokolo Koba

Ce parc couvre la moitié de la superficie du Sénégal oriental. La meilleur période pour le visiter se situe entre novembre et mars et plus particulièrement de janvier à fin mars pour voir un maximum d’animaux. Par contre la végétation et les paysages seront moins beaux !

Quelques dates importantes pour le parc :

  • 1926 : le Niokolo Koba est une réserve de chasse. Nous sommes à l’époque coloniale.
  • 1951 : la flore es protégée puis c’est le tour de la faune en 1953.
  • 1954 : il prend vraiment naissance en devenant officiellement Parc national.
  • 1981 : il est classé « Patrimoine mondial en péril et réserve de biosphère » ce qui lui permet, normalement, de recevoir des financements pour la conservation de la flore et de la faune.

Cette réserve qui, à elle seule, contient plus de 78 % des forêts du pays et plus de 1 500 espèces de plantes avec une grande diversité animale, est, malheureusement, fortement menacée. Plusieurs origines à cette menace : le braconnage auquel les gardiens, faute de moyens, ont du mal à faire face, le changement climatique, la sécheresse très dure des années 1980, les feux de brousse, le manque de moyens pour l’entretien de ses nombreuses pistes en latérite entre autres, etc… Sa difficulté d’accès font que peu de touristes poussent jusqu’à lui pour le visiter, ce qui amplifie le manque de rentrées financières ! il faut dire que le nombre d’hôtels est très limité ! A l’entrée, l’excellent campement de Wassadou ou le campement villageois de Dialacoto, dans le parc même l’hôtel Simenti dont le niveau s’est malheureusement bien dégradé, le campement du Lion, très rustique, mais très bien situé en bord de Gambie, à la limite sud-est du parc le relais de chasse de Mako, également confortable et bien tenu.

Le fleuve Gambie traverse le parc national ainsi que ses deux affluents : la rivière Koulountou et le cours d’eau Niokolo Koba qui a donné son nom au parc. Son relief est assez plat avec comme point culminant le Mont Assirik (311m). C’est à cet endroit, à priori, qu’il resterait une poignée d’éléphants et d’élands de Derby (la plus grande antilope, fortement menacée à travers le monde) à l’écart des sentiers touristiques..

Sur une superficie de plus de 900 000 hectares, le parc du Niokolo-Koba offre malgré tout un paysage riche et très varié, où se concentrent presque toutes les espèces végétales et animales des savanes de l’Ouest africain. A ce titre je conseille fortement le passage par cette région lors d’un voyage au Sénégal.

Les campements

La faune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *