5ème jour : Bassari et chute de Dindéfélo

Après un petit déjeuner collectif, nous partons vers 8h en direction de notre prochain campement « les Dogons du Fouta » situé à 3km de la frontière de la Guinée-Conakry. Plusieurs arrêts rythment notre parcours :
– Au pied d’un baobab, où Marc fait le singe pour nous attraper des pains de singe !
– Bandafassi où Marc dépose un gros sac de maïs acheté pour sa famille : l’hivernage n’ayant pas été bon, il risque de manquer de nourriture.
– Un infirme qui tresse des ruches en rotin Françoise, intéressée, en achète une. Marc lui donne force explications sur comment la rendre étanche à la pluie à l’aide de bouse de vache fraîche, comment l’installer dans l’arbre et comment récolter le miel !! A transmettre à Eric !!
–  un mini-marché de villageois bédik descendus de la montagne vendant pain de singe (fruit du baobab), tamarin, bissap….. Nous achetons 1 grand sac de bissap et un peu de tamarin.  Au fil du séjour le coffre se remplit de plus en plus laissant peu de place à celui qui est dedans…!!!!
– Dernier arrêt pour voir un calebassier : 3 ou 4 belles calebasses vertes sont accrochées à l’arbre. On fouille bien au pied mais aucune n’est assez belle pour mériter le coffre !
Arrivée à notre campement vers midi. Une fois nos cases attribuées nous faisons (Françoise et Nicole) un peu de lessive : crucial car nous commençons à être vraiment à court de fringues mettables !!
Repas puis une bonne pause : écriture pour Françoise, visionnement de nos dernières photos, repos…
Vers 16h, à la fraîcheur, nous partons pour une promenade vers la cascade de Dindéfélo : 3/4 d’heure d’un sentier pierreux, d’abord au soleil puis à l’ombre des arbres. La cascade descend le long d’une haute muraille schisteuse toute feuilletée. L’eau est très, très fraîche…. Nicole y va jusqu’aux fesses, Marc y plonge d’un coup ! Il y fait bon. Retour agréable mais nous retrouvons la chaleur à l’arrivée. Nous discutons à l’ombre sur un banc et …. arrivée de Marc avec une surprise…. Il nous a trouvé 5 mangues à… 25 CFA pièce (soit environ 32 centimes d’euros). Il avait refusé qu’on en achète le matin sur la route à 50 CFA, traitant les gens de voleurs !!
Après le repas nous avons une grande discussion intéressante avec Marc autour de la crémation qu’il a du mal à comprendre, du respect et du traitement des morts chez eux et du fait qu’il faille payer cher chez nous pour enterrer nos morts.
Au lit vers 21h30 avec comme éclairage nos piles électriques, leur batterie de capteurs solaires ayant rendu l’âme !

2 réponses à “5ème jour : Bassari et chute de Dindéfélo

  1. En fait aucune des calebasses parterre n’est suffisamment belle pour qu’on la ramasse et la mette dans le coffre de la voiture !

  2. J’ai rien compris au coffre ; qui c’est qui est dedans ?!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *