Parcours dans le Niokolo Koba : 2ème et 3ème jours

Bonjour,

Départ 8h de Wassadou pour Dar Salam, entrée du parc où nous arrivons après une heure de route pour prendre notre guide officiel Bana.Une nuée d’enfants se jette suer la voiture : « bouteilles, bouteilles…. » mais c’est pour vider l’eau, y mettre du sable ou jouer au foot….!!! Le safari commence.
On voit d’abord des jolis fleurs jaunes, puis un phacochère, des singes, quelques antilopes et beaucoup de termitières géantes appelées cathédrales. Repas de midi à l’hôtel Simenti. Autour de « l’hôtel » plein de singes verts encore appelés singes « voleurs », qui observent et n’hésitent pas à sauter sur la table pour voler le pain, les cacahuètes, le sucre….
Une pause de 2h nous permet de les observer tout à loisir, de même qu’une troupe de babouins, moins avenants, le gros mâle n’hésitant pas à attaquer… mais finissant par reculer devant le bâton. Sur la table désserte 2 lance-pierres avec munitions…. pour faire peur aux singes verts effrontés et voleurs ! Départ pour le safari de l’après-midi.
Au gué de Damantan on nous montre dans un enclos, la seule panthère que nous verrons de près. En fait sa mère ayant été tuée alors qu’elle était toute petite, elle n’a pas pu apprendre à chasser par ses propres moyens, les essais de lâchage ont donc toujours râté. Après la passage à une mare où nous admirons de nombreux oiseaux, nous nous rendons au campement du Lion pour le bivouac du soir ! Nous sommes au bord de la Gambie, seule salle du bain du lieu bien que l’on aperçoive des crocodiles sur l’autre rive. Nous remontons pour ne pas déranger quelques « locaux » en train de se laver à poils. Nicole y redescendra un peu plus tard pour se laver mais dans la quasi obscurité ! Repas au seul éclairage du feu de bois, cérémonie du thé (attaya) assurée par Bana sur son tout petit brasero, puis fin de soirée avec des contes africains. Bana est un vrai conteur africain !
Nuit quelque peu agitée dans les tentes car vers 5h du matin, une panthère vient rôder, feulement auquel répond immédiatement le concert effrayé des singes verts dans les arbres autour….Nous n’osons pas sortir malgré l’envie qu’a Nicole de faire des photos. Au matin Bana, qui a passé une partie de la nuit près du feu, nous confirme le passage du fauve qu’il a réussi à faire fuir !
Après un petit déjeuner « standard » (c-a-d thé ou nescafé en sachet, eau chaude, baguettes et petites portions de beurre et confiture comme dans les hôtels français), direction « Le Grand Mirador » sur la Gambie. Sur la piste une hyène que nous suivons quelques temps et voyons d’assez près avant qu’elle ne s’enfonçe dans la brousse, puis quelques phacochères et des antilopes grandes ou petites.
Au Grand Mirador, point de vue magnifique sur la Gambie qui fait un coude, plein de crocodiles…..puis retour à Simenti pour un déjeuner couleur locale « tieboudiène » (riz aromatisé avec poisson de la Gambie).
Après le déjeuner, direction la sortie du parc. Nous voyons encore de nombreuses antilopes, des phacochères, des pintades. Le parc est plein de troupes de pintades bien dodues !
Nous laissons Bana à Dar Salam, direction Mako où nous traversons la Gambie et admirons du pont les lavandières, les premières collines apparaissant, puis Kedougou que nous traversons, enfin une piste plus petite jusqu’à Bandafassi et notre hébergement du soir chez Léontine. Nous sommes couverts d’une poussière de latérite…..entre Mako et Kedougou, la route en réfection nous obligeait à slomer sur les pistes des côtés et à nous arrêter à chaque croisement de camion, le nuage de poussière nous aveuglant complètement.
Chez Léontine nous sommes en pays Bedik, minorité venue du Mali, fuyant les musulmans qui voulaient les convertir. Ils étaient animistes mais ont été convertis au christianisme vers 1950 avec l’arrivée des missionnaires. Ils restent chrétiens-animistes !
Il fait chaud, y compris dans les cases, et la lumière (faible) est donnée de 18h à 01h du matin. Eau tirée du puits malgré des WC et une douche installée, mais sans eau courante !
Au dîner, du fonio (céréale proche du riz mais plus fine) avec un ragoût de bœuf, carottes, navets, patates douces. Nous rencontrons notre guide pour les jours qui viennent, Marc Keita, bedik de Bandafassi. Séjour très convivial, case simple mais très propre.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *